Accueil > Destinations > Destinations Algérie

Algérie > Toutes nos destinations

Mer, Montagne, Désert : c‘est sans doute ici, dans des modes de vie différents les uns des autres, parce que façonnée par le milieu environnant, qu’il faudrait parler d’entité spécifiquement Algérienne qui transpire sans cesse d’une originalité profonde et prometteuse. Toujours ouvert à l’héritage et aux apports extérieurs pour enrichir sa propre culture. Tout cela fait naturellement de l’Algérie une terre, où l’art et l’histoire transparaissent indéfiniment. Lire la suite

Que ce soit pour une escapade le temps d'un week-end ou pour des vacances, dans un cadre pittoresque, chaleureux et authentique où vous trouverez détente, plaisir et découverte... Différentes formules adaptées vous feront découvrir le Nord-Est et les Hauts Plateaux de l’Algérie. Des villes féeriques telles, Constantine, captivante par son histoire et ses multiples richesses touristiques, Sétif " El Ali", capitale des Hauts-Plateaux, Annaba , la cité balnéaire, El-Taref, Skikda , Collo, El Kala , Souk Ahras et les ruines de Madaure sont des lieux riches de leurs histoires matérialisées par des vestiges toujours présents. Les Aurès (Batna et les ruines de Timgad), Biskra, "la reine des Zibans", Boussada, Béjaia, Bordj Bou Arreridj, Mila, Khenchela, Djelfa, Laghouat et M’sila... Un pays à revisiter absolument, car il vous faudra plusieurs voyages pour tout voir et comprendre.

Des formules aussi nombreuses que variées, des produits à thèmes et d’autres plus classiques qui allient découverte et évasion (vistes touristiques, des courts séjours, mini-semaines) sont proposés pour cette région. Des séjours à Alger et ses environs, avec des excursions organisées à la Casbah et dans des sites enchanteurs, des journées en bord de mer du côté de Sidi-Fredj, Staouéli ou des plages à l'Est d'Alger ainsi que des visites à Cherchell et Tipasa, notamment au tombeau de la Chrétienne sont programmés. Des week-ends escapades à Beni Yenni, Yakouren, Tala-Guilef, Dellys, Zemmouri-El-Bahri, au Ruisseau des Singes, aux gorges de la Chiffa, à la Mitidja , à Damous, Béni-Haoua, Gouraya, Ténès….Consultez notre offre et si vous ne trouvez pas votre bonheur contacter nous pour des programmes personnalisés.

Nous vous invitons à découvrir le Nord-Ouest de l’Algérie, fort de ses atouts touristiques : monuments remarquables, côtes et paysages magnifiques. Oran appelée aussi El Bahia "la radieuse" ou Wahran, Sidi-bel-Abbès, Aïn Temouchent, Tlemcen (la cité des beaux cavaliers, de l'air et de l'eau), Relizane, " sublime Mostaganem" , Sig,Tiaret et son célèbre haras National, qui produit des purs sang Arabes. Cette diversité inouïe fait de l’ouest Algérien une terre de contraste, qui ne demande qu'une seule chose : être vue.

C'est un coffret Week-end et Mini-séjours, englobant toutes les régions, garni de visites touristiques et culturelles (musées, places, villes, traditions.. ). Nous vous proposons des moments d’exceptions de découvertes insolites, d’évasion et d’ambiance sur différentes destinations en Algérie : (l'Algérois , Tipasa, Cherchell , la Mitidja , la Chiffa, la Kabylie, les Hauts- Plateaux, le Constantinois, l'Oranais, la vallée du M’zab ...).Choisissez vous-même votre circuit ou votre week-end…

Le Hoggar ( ou l'Ahaggar), situé à l'extrême sud de l'Algérie, est essentiellement constitué de roches volcaniques. Son plus haut sommet, qui est le mont Tahat au centre de l'Atakor, culmine à 2.918 métres. Le climat y est assez clément en été, et il peut y geler les nuits d’hiver.

L'Assekrem ( 80 km de Tamanrasset) est un site célèbre facilement accessible par piste. Il accueillit l'ermitage d'été de Charles de Foucault, qui s'y installa en 1905.

A toutes les saisons et à n'importe qu'elle période de l'année, le Hoggar vous ouvre les portes de ses merveilles. Vous irez au devant d'une société authentique pour découvrir cette région de l'intérieur. Vous approcherez à la fois la vie rustique des nomades touaregs et un passé fabuleux dont témoignent encore d'innombrables traditions : artisanat, folklore, gastronomie, contes, légendes… et de prestigieux vestiges naturels (gueltas, faune et flore, fossiles divers, volcans éteints…) et archéologiques (gravures et peintures rupestres, monuments historiques, tombeaux…)

Le Tassili N'Ajjer est un massif montagneux situé à Djanet au sud-est de l'Algérie. Haut plateau aride constitué de grès et s’élevant à plus de 1.000 mètres d'altitude, le Tassili N'Ajjer s'étend, au centre du Sahara, sur 50 à 60 km d'Est en Ouest et sur 800 km, du Nord au Sud, représentant une superficie de près de 120.000 km². Sur toute sa surface se dressent des formations rocheuses fortement érodées émergeant des dunes de sables, qui évoquent de loin les ruines de villes antiques. Paysage lunaire crée par l'érosion, le massif est habité par les Touaregs du groupe Kel Ajjer. Son parc national, classé patrimoine mondial par l’Unesco, présente de nombreuses peintures et gravures rupestres.

 

Le Gourara est une région d'Algérie formée d'un ensemble d'oasis. Cerné par le Grand Erg Occidental (au Nord), le Touat et la Saoura (à l'Ouest) et le plateau de Tadmaït (au Sud et à l'Est), une immense étendue plate et pierreuse qui la sépare du Tidikelt (Aïn Salah). Tout comme le Touat (Adrar) et le Tidikelt, cette région utilise le système d'irrigation des Foggaras (système de captation des eaux d'infiltrations). Le Grand Erg, c'est aussi Beni Abbès, Guirzim, Kerzaz, Timoudi, les oasis du Gourara et la proximité des villes de Laghouat, Ghardaïa et Béchar. Cette barrière apparemment infranchissable a toujours été sillonnée par les caravanes qui font la liaison entre les oasis disséminées dans les vagues de sable. Les principales villes, bordant le Grand Erg Occidental, sont El Meniaa (aussi appelée El Goléa), Timimoun (Gourara) et Adrar (Touat).

 

Nulle oasis n’est semblable à une autre, elles sont entretenues avec un grand art et une science exceptionnelle au seuil du désert algérien. Les oasis sont des espaces colorés et paradisiaques qui laissent rêveurs tous les visiteurs… Ce sont les îles du désert, où les oueds creusent un sillon de bonheur, les palmiers se dressent veillant sur la prospérité de ses habitants. Les oasis algériennes sont impressionnantes et mythiques. C’est le résultat d’un savoir-faire agricole et architectural distinctif. Parmi ces oasis, figurent Bou Saada, « la cité du Bonheur », Biskra, « la reine des Zibans », El Oued, la « ville aux mille coupoles », Touggourt, la région des dunes (nord du Grand erg oriental), Ouargla, l’immense oasis dont la palmeraie compte plus d’un million de dattiers, Ghardaïa, la ville en forme pyramidale (fondée en 1053) et Laghouat l’authentique porte du désert (400 km de la capitale Alger).

L’Afrique, l’Orient, la Méditerranée s’y fusionnent comme pour former un seul levain. En témoignent les innombrables constructions militaires, les monuments religieux et funéraires, les palais, les édifices publics et privés, etc.

Et, sans pour autant clore la liste, les incalculables collections d’objets de toutes sortes léguées par ces civilisations. Le tout parsème à foison un territoire dont le sous-sol n’a pas encore fini de livrer tous ses secrets. Le visiteur avisé n’en ira pas moins à la rencontre de messages ‘’ vivants ‘’ que véhiculent ou abritent, immuables, les casbahs millénaires d’Alger, de Constantine et leurs légendaires maisons terrasses, l’Attrayante Kabylie et ses indomptables hameaux de Crête sur la tranquillité desquels veille le majestueux Djurdjura, les Aurès historiques et leurs incomparables forêts de cèdres et d’aleps, le Sahara unique et fascinant, le Hoggar mystique, le Tassili préhistorique…

Et ce n ‘est pas tout : les contrastes géographiques, voire climatiques sont si frappants en ce pays qu’il est des périodes où les uns peuvent se baigner aux Andalouses (Ain-el-Turk, Oran) où à Sidi-Fredj (ouest d’Alger), tandis que les autres feront du ski à Chréa (prés de Blida) ou à Tikjda (Kabylie). Entre-temps, simultanément dirions-nous, l’immensité faite de nuances du Grand Sud un cadre touristique exceptionnel de type saharien. Les sites naturels de beauté éblouissante y décorent avec magnificence des contrées où le calme absolu se le dispute à un inénarrable espace tout en se conjuguant à la marche inexorable du temps. Ce serait pourtant méconnaître la dimension culturelle de cette terre d’asile que de ne s’en tenir qu’à une simple appréciation de ses sites naturels ou aménagés. Tlemcen et son prestigieux passé de capitale abdelwadite ;

Constantine l’antique Cirta punique et romaine ; Annaba la coquette ; Médéa altière ; Aflou et ses fameux tapis Djebel Amour ; Bejaia la Hammadite…Ces cités parmi tant d’autres présentent des tissus urbains aussi anciens que ceux d’Alger, d’Oran ou de Cherchell. Ne reflètent-ils pas, à eux seuls, le génie artistique de ceux qui y ont vécu par le passé ? Un pays s’exprime par son art. Formes, couleurs, matières traduisent, sous le ciel algérien, le vrai visage d’un peuple riche de traditions artisanales et artistiques.

Enfin, il n’est pas une ville ou un village qui ne puisse s’enorgueillir de posséder un passé historique et millénaire, un patrimoine archéologique classé patrimoine mondial, une station balnéaire ou thermale notoirement connue. Quand tel n‘est pas le cas, on s’efforce, ici et là, de puiser dans quelque tradition orale ou de se mettre au diapason d’une activité culturelle dont on s’est tant promis. L’essentiel n’étant pas d’organiser des festivals ou des semaines culturelles pour faire plaisir aux hôtes, mais plutôt de sortir de son isolement, de provoquer le contact avec les autres, de nouer des relations nouvelles, et pourquoi pas, se donner l’occasion de se traduire en actes concrets ce sens si légendaire de l’hospitalité algérienne. Que ce soit sous le ciel limpide de Timimoun - l’oasis rouge – avec sa verdoyante palmeraie et ses multiples trésors ; de Ghardaïa et sa pentapole, à l’architecture originale ; de Tipaza, ancienne ville romaine de négoce, témoin patenté du souci religieux de l’époque avec sa multitude de nécropoles et de basiliques ; de Bejaia (l’antique Naciria) et de Skikda, pôles pétroliers importants ; d’Oran, avec la mosquée du Pacha, le marabout de Sidi-Mohamed El-Houari, le fort Santa Guz, le musée Demaeght d’El-Kala et de son parc national ; de Batna et des balcons impressionnants de Rhoufi ; de l’antique Timgad ;de Lambaesis d’où se dégage une forte empreinte romaine – elle fut le camp de la troisième légion d’Auguste -, c ‘est chaque fois invariablement, vers une seule destination que l’on se rendait : l’Algérie dans toute son authenticité, et en mouvement vers l’économie de marché totalement mondialisé.